La ville de Murcie a été fondée en l’an 831 par Abderrahmane II dans une enclave privilégiée, au centre de la vallée du Fleuve Segura. De l’importance atteinte à l’époquearabe la muraille qui l’entourait est un bon témoin (quelques vestiges dont encore visibles à différents endroits de la ville). Elle mesurait 15 m de hauteur et se composait de 95 tours. Une importance qui est également mise en évidence à travers les nombreuses découvertes archéologiques, comme celles de type palais réalisées au Couvent de Las Claras. La villechrétienne a aussi laissé une profonde marque dans la physionomie urbaine de Murcie. Ainsi, deux de ses artères principales, la Platería et la Trapería, sont encore témoins de l’intense activité corporative qui s’est développée dans la grande ville. Cependant, ce ne sera qu’à partir du XVIe siècle, et particulièrement au XVIIIe, que Murcie atteindra une splendeur urbaine qui la conduira à s’étendre au- delà de ses murailles. Ce sera le moment où s’élèveront les multiples églises, principalement baroques, qui jalonnent tout au long du tracé urbain. Des temples comme ceux de La Merced, Saint Michel, Sainte Anne, Las Claras, Sainte Eulalia, ou Saint Jean de Dieu, qui joignent à leurs architectures artistiques, un important patrimoine pictural et sculptural, avec des oeuvres dont mention spéciale de celles réalisées par Francisco de Salzillo. Le premier temple de Murcie est sa Cathédrale. Sa contruction commença vers la fin du XIVe siècle et présente des éléments gothiques tels que la porte des Apôtres et la chapelle de Los Vélez, des élément de la Renaissance, comme c’est le cas de la Chapelle de Junterón, et baroques, parmi lesquels l’on distingue sa façade, conçue en guise d’un gigantesque retable de Jaime Bort, avec un bon mélange de sculpture et d’architecture. Sa tour est également singulière: elle mesure 92 m de hauteur et a été construite en plusieurs étapes entre le XVIe et le XVIIIe siècle. A côté de la Cathédrale, le Palais Episcopal (dant aussi du XVIIIe siècle) et l’ancien silo à grain, connu sous le nom de El Almudi, sont d’autres éléments témoignant de l’essor constructif atteint à l’époque mentionnée. Murcie accumule dans ses rues et ses places de magnifiques exemples de l’architecture du XIXe siècle, tels que l’Hôtel de Ville, l’Hôtel Victoria, le Théâtre Romea et particulièrement le Casino Il s’agit d’un édifice construit en 1847 et agrandi à partir de 1902, et dont les décorations sont d’un grand intérêt, citant, par exemple, sa salle de bals, le patio néonazari ou la bibliothèque, sans oublier sa façade ornée d’une importante décoration sculpturale. Toute cette richesse artistique et historique est manifeste dans les musées que possède la ville, tels le Musée Archéologique, celui des Beaux Arts ou celui de Salzillo où l’on peut contempler les chars créés par le génial sculpteur murcien pour la procession de la matinée du Vendredi Saint, ainsi que sa fameuse crèche, point de départ d’une des traditions artisanales les plus ancrées à Murcie. Un autre musée, Hydraulique des Moulins du Segura celui-ci, est une des preuves palpables, tout comme les ponts qui le traversent, en particulier, le dénommé “Vieux Pont” ou Puente Viejo, de l’intime union qui existe entre Murcie et le Fleuve Segura.

L’art murcien va au-delà des strictes limites de la ville. Nous avons de magnifiques exemples d’architecture baroque au Sanctuaire de la Fuensanta ou au Monastère de San Jerónimo, connu comme “l’Escurial de Murcie”.

Cependant, Murcie n’est pas restée ancrée dans son passé, c’est aussi une ville moderne, dotée de tous les équipements et infrastructures nécessaires, d’un vaste complexe universitaire et d’un Auditorium et Palais de Congrès qui, uni à ses installations hôtelières, la convertissent en un lieu idéal pour organiser des réunions et célébrer des évènements de tout genre; tout cela dans une ville qui maintient ses traditions quant aux fêtes populaires. Ainsi la Semaine Sainte, avec d’évidentes influences de la “huerta” de Murcie, exhibe dans les rues les sculptures de Salzillo à côté de celles d’autres importants artistes. La “huerta” est également la protagoniste du Bando, une des principales cérémonie des fêtes dites de printemps. Le long d’une journée, la “huerta” s’empare de la ville et les costumes font preuves de leurs union. L’Enterrement de la Sardine, pour sa part, est le couronnement desdites fêtes. C’est un défilé multicolore, avec des chars et des milliers de cadeaux pour le public qui encombre les rues de Murcie. Les gens viennent également à la Foire de Murcie, à la Romería, pendant laquelle ils accompagnent la patronne de la ville, la Vièrge de la Fuensanta, jusqu’à son Sanctuaire.

Le caractère agricole et l’importance de la”huerta” sont palpables dans la gastronomie murcienne, où prédomine la consommation de végétaux et légumes. Des plas tels que le zarangollo, le pisto, la salade murcienne, le riz aux légumes ou aux haricots, sont accompagnés de viandes, de le typique pâté de viande, signe identifiant la gastronomie murcienne la plus populaire.

Murcie est aussi un excellent lieu pour pratiquer le tourisme rural. Les itinéraires destinés à connaître la “huerta” sont variés. Des chemins nous y guidant doucement tout en inondant nos sens à travers la lumière méditeranéenne, les joyeuses couleurs des arbres fruitiers, les arômes de basilic et de fleurs d’oranger et la sensation de printemps continu. Aux alentours de Murcie, il existe des lieux d’une grande valeur environnementale, comme le Parc Régional de Valle Carrascoy où s’élève l’ermitage dédié à la patronne de la ville, la Vièrge de la Fuensanta, et où les magnifiques vues de la Plaine fertile du Segura sont un délice pour les yeux.

www.murciaturistica.es

murcia

Como llegar en coche desde el Hotel hasta Bullas